Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2006 1 23 /10 /octobre /2006 22:40

Retour sur le week end du 13 au 16 octobre !


Et oui, un week end de 4 jours, et pourquoi pas ¿ En fait, le lundi 16, ici c'était la fête des mamans, donc jour férié. De plus, je n'ai pas cours le vendredi. Bout à bout, je disposais donc de 4 jours, qui furent remplis, très très -bien- remplis.


Explications liminaires (ouai...faut bien que j'entretienne un peu mon vocable français que diable !)
J'ai passée mes premières nuits à Buenos Aires chez Caro. Ca vous le savez puisque vous êtes tous d'attentifs lecteurs. Bien, alors Caro fait partie d'une Murga. La murga est un concept danso-chanto-percusionno-revolutionnario-de bario.

Explication avec la murga Cachengue y Sudor. Tous les dimanches une trentaines de personne se réunit place 24 de septiembre. D'un côté les danseurs, de l'autre les musiciens. Entre 5 et 10, uniquement des percus !

Les uns (de 4 á 40ans) travaillent chorégraphie, nouveaux pas, synchronisation. Et croyez moi, c'est pas facile: ça va vite et c'est physique, et les pas sont pas faciles à assimiler . Les autres perfectionnent les rythmes, les enrichissent...Puis, hop, mise en commun.
La danse est d'abord commune et chorégraphiée, puis tout le monde se pose et on danse par 2 ou plus, ensuite, c'est danse libre et tout le monde finit regroupé par terre. Vous obtenez lá, l'acte I, le fondamental de  la murga.

Lors des représentations, il y a une partie chant qui est également travaillée le dimanche. L'acte II. Vient ensuite le moment protestaire: sur une estrade quelques personnes lisent un discourt, propose un skectch quasiment toujours pour dénoncer l'opacité de la politique, la corruption, la discrimination, pour rappeler également le noms de disparus.

En conclusion, re-danse, et à ce moment, toutes personnes souhaitant danser est la bienvenue.  Le tout durant entre 15 et 35 minutes. Mas o menos.

 Revenons en au week end !

Ces jours lá se tenait á Suardi un petit village de la province de Santé Fé, soit bien 14 heures de bus, la 7 ème réunion nationale de murga...Caro m'en informe, mais malheureusement, je ne pourrai y aller avec eux, car il n'y a plus de place dans le collectivo. Qu'importe...'vais pas rater ça tout de même.


Santa Fé

Je pars donc le vendredi matin pour Santa Fé, capitale de la région de...Santa Fé. Bien joué ! J'y a passé deux jours, enfin surtout deux nuits. La ville a un vieux quartier assez joli, et aussi pas mal de moustiques. J'a logé chez des personnes très sympas. Samedi soir, je suis allé profiter de deux concerts gratuits, puis ai retrouvés mes hôtes pour aller boire quelques bières. Résultat  : me suis retrouvé dans mon lit vers 7 heures. Le problème étant que mon colectivo pour Suardi partait à 11. Bref une bonne sieste.


Carnaval

5 heures plus tard, j'arrive enfin au Camping de Suardi innondé par les bruits de percus de chant...Faut dire qu'environ 1000 personnes (7000 personnes vivent au village, oui ici 7000 c'est village) de 25 murgas, ba, ça fait un peu de bruit.

Vers 18h30 nous nous mettons en route (moi, simple spectateur...) vers le lieux du carnaval. Un grand terrain á l'extérieur du village.

La première murga se présente  vers 19 heures...la dernière presque 12 heures plus tard. Entre temps, ce fut une explosion de couleurs, de sond, de danse...Chaque murga a son propre costume, ces drapeaux et fanions qui s'agitent dans tous les sens, comme ca (clikez!!) Et puis un peu de dance ici et de chant par . Et toutes les photos en clikant sur ?voyure¿ argentine.

Comme très vite le terrain herbeux se transforme en terrain poussiéreux,  la nuit fut totalement irréelle. Un peu froide, fatiguante aussi, mais quel bonheur ! Au plus fort de la nuit environ 2000 personnes se trouvaient sur place. A la fin, nous devions être une petite centaine. Et le retour au camping de mugeros tous bariolés, traversant lentement car mal aux jambes à la tête, certaines bien frigoriphiées, le village au petit matin, restera un grand souvenir.

A peine le temps de s'endormir que sur le coup de 10h30-11h00 les boum tada boum boum recommencent...gaaaaaaaaaaa.

Bref tout le camping s'eveille, et ça recommence...

Long retour

En arrivant à Suardi, je me suis rendu compte que le lundi étant ferié, il n'y aurait qu'un seul bus pour retrouner sur Santa Fé,et uniquement à 21 heures...Le fetival se finnissant à 15, poireauter 6 heures dans le village, bof bof.

Heureusement, le dimanche soir, j'ai discuté avec un danseur d'une murga de la province de Buenos Aires, á une trentaine de kilomètres au nord. Il y aurait peut-être une place pour moi. " viens me voir demain vers 10 heures..." Heureusement que l'on est en Argentine, car je n'arrive á le trouver que vers midi... Et c'est bon, j'aurai une place. Mais alors que le retour fut long, rien que le départ...

Vers 14 heures nous nous approchons du bus. 14h30 montée. 14h45, sans aucune raison apparente à mes yeux et oreilles, tout le monde redescent et s'assied dans l'herbe. 15h45, dialogue véridique entre un des responsable de la murga et le chauffeur.

Responsable : "qu'est-ce qu'on attend pour y aller ?

Chauffeur  : je sais pas, je vous attend...

R : ah bon, a ba, on y va alors"


zou, remontage dans le bus, mais re-attente car évidemment entre 15h45 et 15h46 quelqu'uns étaient partis acheter de quoi boire (le soleil castagnait viollement).

Je me dis, yeah, enfin, vais pouvoir un peu dormir.

Sauf que, sauf que


Sauf que, sauf que, il fallait aussi aller récupérer un sac sur le lieu du festcoh. Une personne y va, et puis, y'en a un qui réalise que l'on qu'à deux blocs d'un marchand de glace...Et zou, redescente générale, et forcément certains vont à un autre endroit....Il est maitenant pas loin de 16h30 ( les horaires sont quasi excacts)...

Tout le monde est dans le bus...allé on y va...Sauf que, sauf que...Sur le chemin, il ya une épicerie : Redesente mais non générale cette fois pour acheter de quoi manger....

Tout le monde est dans le bus...allé on y va...Sauf que, sauf que...on repasse par le camping car entre temps, ils se sont rendus compte au'ils ont laissé en rade 4 personnes d'une autre murga qui doivent faire le trajet avec eux....

Retour au camping donc, montée des 4, et vers 17 heures, c'est parti !!!!!

Oui, vais enfin pouvoir dormir...Sauf que sauf que, je suis assis au premier rang, et qu'à l'avant du bus viennent toutes les personnes qui veulent fumer (autant dire un paquet, de personne) et partager un maté...Et forcément à chaque fois, "hey, le français, ça va...ouai ouia...ça te plait la murga...ouai, mais la je suis un pu fatigué...ouai, nous aussi, un petit peu de maté ? a oui, et bla bla bla bla....

Heureusement, vers 1 heures du mat, ça se calme...

Nous arrivons dans la ville mardi  vers 5 heures. Il me reste à prendre un bus, le train, 2 lignes de métros et un bus...
Enfin dans mon dodo vers 8 heures, et á l'école 'a 14 !!!

Bref, TERRIBLE...en plus la semaine qui  a suivit fut plus ou moins sur le même rythme, autant vous dire que le week end qui vient de se terminer fut passé á récupérer.

Bises a todosssss !
Toma

 



 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 00:26

Hola todos !!
Como estan ? ? ?
Voici enfin des news de ce qui se passe, pour le mieux.

Arrivée à Buenos Aires

Commençons par un petit flash back aux environs de la mi-fin septembre. Je dois avouer que je suis de plus en plus deconnecté des dates.

Bref, je souhaitais partir de Seattle ce lundi. Oui c'est ça, celui lá. Dimanche soir, de fait, soirée d'adieux émouvante après presque un mois passé chez Ana, Steacy, et Jason!

Lundi matin, 6 heures du mat á l'aéroport : "vous n'avez aucune chance de partir aujourd'hui, revenez demain. Mais les vols sont complets aussi" Ok, ça s'annonce bien tout ça. Donc, lundi soir, re-soirée d'adieux, quoique nous n'étions plus sûrs de rien.

Le mardi, rezou à l'aéroport à six du mat...un, deux, trois vols partent sans moi. Il est désormais 15h30. L'hôtesse me conseille de voir si le vol pour Salt Lake est jouable, et de là bas, il sera peut-être plus simple d'avoir un vol pour Atlanta, d'ou part le vol quotidien pour Buenos Aires....Est-ce clair  ?
Suivant ses conseils, je m'inscrit en Stand by, et oh joie intense, j'ai le dernier siège...

J'arrive donc à Salt Lake vers 18h00 et le vol pour Atlanta décolle vers 21 heures. Coup de bol, j'ai un siège. L'avion se pose á 6 du mat' le mercredi dans la ville de la Coka Cola compagny, et mon vol pour Buenos Aires ne part qu'a 20h30.......Je vais donc un peu zoner (je commençais 'à être sévèrement fatigué) dans la ville et retourne à l'aéroport dans l'après midi...Plus la force de marcher. Et puis attennnnntttttee, et puis mauvaise surprise, l'écran de mon ordi me lâche. A l'heure actuelle, il n'est toujours pas réparé. Tout comme ma guitare d'ailleurs...

Bref 20h00 arrive enfin, et re oh-joie, non seulement j'ai une place, mais même deux fauteils...Un peu de repos. Enfin.

Installation chez les portenos.

J'arrive à Buenos Aires à 6 du mat le jeudi...Hum, la personne qui peut m'acceuillir ne sera chez elle qu'à midi...Re zonage dans la ville.
Enfin Caro arrive, et là commence le black out de mon cerveau...En effet, Caro, ni aucun de ses amis(es) ne parlent anglais. Par contre, tous sont plus ou moins activistes révoltionnaires ! Vous imaginez mon état après 3 jours de transit. Mon niveau d'espagnol est plus que rudimentaire, alors essayer de répondre à des questions telles que " tu penses quoi du capitalisme ? Ou sur la situation politique en France...."

Hum, j'vais plutôt reprendre un vaso vino tinto moi zivouplait. Et puis un autre tiens. Et puis, j'vais un peu aller dormir.

Je suis resté une petite semaine chez Caro, avant d'aller passer quatre nuits chez André, une nuit chez Pablo, puis deux nuits dans une auberge.

Depuis hier, soit le 3 octobre, j'ai pris une chambre chez deux soeurs de 45-50 ans, bien barées. Dans l'appart vivent également une cantatrice lyrique brésilienne et un gars d'Uruguay,a vec qui je n'ai pas encore eu le temps de parler.

L'appart est chouette, à 10 minutes à pied de la Boca, et 20 de San Telmo. Un de meilleurs quartier pour faire la fête.

Egalement depuis lundi, je suis des cours d'espagnol, 3 heures par jours, lundi à jeudi pendant un mois. Je pense donc que mon niveau va progresser rapidemment.  Ce qui sera vraiment génial pour pouvoir enfin dicuter avec les argentins.

La vie ici

La ville est immense, les trottoirs défoncées, les bus survieux balancent à chaque démarage assez de fumée pour cacher le trottoirs d'en-face,et la notion de voie de circulation n'existe pas vraiment. Tant que ca tient, ça tient. D'ou un nombre assez important de cartons, souvent violents.

De même, on traverse ou on peut et surtout dès qu'on peut. Ici le piéton a une petite tendance à déranger les automobilistes. Mais, la vie, la rue est calme, contrairement à Mexico.

Pas de musique qui geule, pas de gens qui crient. Le week end, les parcs sont pleins, mais calmes. La vie ici, c'est comme de l'eau qui bout. Il se passe pleins de choses, et parfois, ça explose, ça `déborde, puis de nouveau c'est calme. Le plus évident, c'est durant les conversations. D'un coup, blaf, éclats de rire général, cris, et puis 30 secondes après de nouveau tranquille.

Au niveau du parlement, les piqueteros demeurent trés actifs. Ce qui fait qu'un jours sur deux il ya une manif, ce qui fait qu'un jour sur deux je fini mon trajet pour aller à l''ecole a pied, car, la circulation en centre ville est plus que chaotique.

Voila voila pour le moment.

Bientòt plus de détails.

M'en vais boire un maté.

BESOS A TODOS
Toma

 

 

Partager cet article
Repost0