Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 19:31


Quelques semaines après le dernier message, encore beaucoup de changements ! Un peu concept girouette, mais bon, parfois suivre le vent a du bon...


Encore une fois, la petite signature en bas de la page se confirme. La loi des grands nombres aussi. Au bout d'environ quatre-vingt dix candidatures, je suis enfin tombé au bon moment. Soit un peu mieux que 1%  de réussite. Hè : 99% l'idée non  ?

Le tout en 4 jours. Candidature envoyée un jeudi matin, coup de téléphone le jeudi après midi, rendez-vous le vendredi, test samedi/dimanche, et premier service lundi. J'ai pas loin d'avoir le boulot que je recherchais en arrivant : réceptionniste dans une petite auberge ;
l'Uinn Hostel, qui a ouvert il y a 4 mois.

La fille qui m'a formé, dont c'est le premier boulot à la reception a donc moins d'expérience que moi ! Du reste mon passage aux Citadines me fait trouver le travail forcément facile. Tout y est plus simple, le travail plus calme. L'intêret est multiple : évidemment pour l'Allemand que je parle avec les collègues, au téléphone, avec certains clients. Ensuite, l'ouverture étant récente, beaucoup de petites choses sont encore à mettre en place : bon pour l'expérience, et je me suis engagé pour 6 mois pour avoir une année de travail en réception.

Enfin, la flexibilité : on s'arrange entre nous pour les planning, et à partir de 15 jours de travail par mois, je devrais pouvoir mettre un peu d'euros de côté. Bref, jusqu'à debut octobre, tranquillou, et quand l'activité festive retombera un peu, temps plein.
Le tout à 20 minutes de vélo de la maison ! Actuellement, car comme je pensais partir, Maxi avait cherché un nouveau coloc, et 2 jours avant l'arrivée du travail, elle avait trouvé une fille...A voir, car elle préferait que je reste...Ce qui est sur...!

Que de bonnes musiques !


Bref, le
  Melt Festival, prévu lui longue date, était donc l'occasion parfaite de fêter cela. Et les célébrations furent grandes ! !

Je suis parti jeudi 17 dans l'arpès-midi pour rejoindre André, Nina et un couple d'amis à eux sur le site du festival. André, allemand, m'avait hebergé à Buenos Aires, était venu à Paris et aussi à Berlin avec Nina, sa copine. Des gens terribles, n'hésitez-pas à jetter un coup d'oeil aux créations de Nina,
ICI.

Le Melt Festival, c'est un peu Les Vieilles Charrues, en plus électronisées. Le site sur la localité de Dessau est incroyable. C'est en fait une ancienne carrière de charbon, d'ou les gigantesques machines, dont l'activité a cessé en 1958. A sa fermeture la section Bauhaus de Dessau propose d'en faire la ville de l'acier : Ferropolis. Et d'engloutir 12 kilomètres carrées de l'ancienne carrière sous 342,3 millions de metres cube d'eau. Quelle bonne idée ! La baignade du dimanche « matin » me fit le plus grand bien.

La grande inquiétude concernait le ciel, puisque depuis deux semaines le temps est un peu pourri par ici. Mais on a eu de la chance. Nickel le jeudi, juste de la pluie pendant la nuit.
Le vendredi, il y a eu une grosse grosse drache d'une demi heure. M'enfin, elle a commencé juste quand nous venions de nous assoir sous une machine pour manger un bout...bref, a peine mouillés. Bien rafraîchis cependant.

Le samedi, gros coup de chance aussi. Alors que nous marchions vers l'entrée, on voit plusieurs personnes pointer le camping, situés dans notre dos. Une énorme masse nuageuse, touchant le sol, avance à toute vitesse. On se met donc à courir, et paf, juste quand ça craque, on est sous la tente d'entrée ! ! Et heureusement, un déluge total de 10 minutes. Incroyable. Tellement fort, que la gadoue fut partout ! ! Pas si grave, car dancer dans la boue c'est rigolo ! ! D'autant plus qu'a part ces grosses pluies, le temps fut correct, pas trop froid. Et surtout, chaque matinée était limpide. Quel bonheur de danser sur de la bonne musique, en voyant un beau soleil se lever sans aucun nuage !
Une des grosses surprises avant d'en venir à la musique fut le look total 80's, que je trouve personnelement abominable, d'une grosse majorité du public. Ouf, Berlin en est protégé. Et toutes les Allemandes ne sont pas Berlinoises non plus....

Voici le site :
click, reclik.

La scène principale, avec Nina et André en premier plan.

La big weel. Sur les jeux, il faut savoir que lors des mix, ils étaits noirs de monde qui dançait dessus...

La plage en face du 24 heure, au petit matin.

Le Melt Club est un ancien hangar.

Notre campement.

Et les
machines sous la fumée, et en lumière.
Venons-en à la musique, par ordre chronologique.

Le vendredi.

Blood red shoes : duo anglais, bien rock and roll. J'en avais souvent entendu parlé, et ils justifient tout à fait leur réputation. Impressionnant le batteur chanteur, notamment.

Puis
Kate Nash (regardez car on voit aussi les machines illuminées).
Là encore, je ne connaissais pas vraiment, et le concert m'a fait forte impression. Une voix un peu cassée, des chansons allant de la pop au casi punk, et cet accent anglais ! Quel bonheur !

Ont suivi dEUS. Le premier concert que j'attendais. Et ba, c'était très bien. Bizaremment immobiles sur scènes, à part le guitariste qui s'énèrve régulièrement. Mais une maîtrise terrible ! Un plaisir.

J'ai ensuite suivi à la Big Weel stage, André et Nina pour voir
Modeslektor, un groupe de DJ dont ils n'arretaient de parler. Tout a fait. Une électro intégrant hip/hop, beat élévés et sons de basses bien lourds !

Nous nous sommes ensuite balladés entre les diverses scènes pour attendre
Gus Gus qui finissait cette première journée. La encore, j'attendais ça. Car comme les autres : grosse réputation, mais inconnu de moi. Roooo....ils sont forts ! ! Le tout agrémenté par un splendide lever de soleil, et un André agitant furieuesment son verre de bière.


Le samedi

On a commencé la journée avec the Notwist, dont Nina est fan. Et je la comprends : le groupe balance des mélodies douces à rock, avec toujours un beat électro qui reveille le tout en un instant par surprise. Nous avons ensuite malheureusement perdu du temps. Nous souhaitions écouter The Whitest Boy Alive et après une heure de queue, on nous dit qu'on peut pas rentrer. Le couac du festoch.

Je suis ensuite retourné sur la grance scène, pour encore une fois voir ce qui était ces gens à la grosse réputation : Franz Ferdinand. En disque, j'appréciais moyennenement. Le live était bien carré, un peu trop peu-être. Du bon rock en somme. Je comprends donc toujours pas leur énorme succès.
J'ai ensuite couru à la Red Bull Academy pour rejoindre A&N pour dancer sur les rythmes électro furieusement endiablés de DJ brésiliens. Puis comme le vendredi, déambulations sur le site. Et j'ai fini la journée seul par le mix de
Steve Bug. Très très bon. Seul problème, quand je suis rentré dans ma tente, le soleil commencé déjà à chauffer...La journée du dimanche fut donc totalement au ralenti.

Le dimanche

Seule la grande scène et la Gemini était ouverte. Nous sommes restés que sur la grande et pour cause.
Los Campesinos, des petits jeunes, talentueux délivrant un noisy rock bien rafraichissant.
Puis Neon Neon , une sorte d'ovni electro rock rendant hommage aux 80's. Inutile de vous dire l'extase du public.
Puis
Get Well Soon. Le concert que j'attendais le plus. Un quintet allemand dont le premier disque est très bon, et sur scène on voit que les zicos ont certainement pleins de riffs sous les bottes, avec un niveau technique très très bon. Un pur régal. Ecoutez ! ! En live, c'est plus noisy.
Du reste mon petit avis est confirmé par Arte ! Je viens de tomber sur ça,  :
click
Petite pose alimentaire.

Puis Hot Chip. Once again : beaucoup entendu parlé...Beaucoup compris pourquoi. Rock electro again, avec un chanteur qui semble relativement perdu dans son monde.

Et enfin, Björk....pareil que pour les autres, même si je connaissais un peu plus, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre. Une hallucination totale. Un concert fabuleux entre ballades trippantes et techno hard core, et cette voix, cette voix ! ! ! Plus une mise en scène fabuleuse. Un vrai point d'orgue. On aurait juste aimé un peu plus long...
Extrait 1
2

3, dans un moment un peu calme pour que je puisse sortir l'appareil.

Puis un peu d'errance sur le site, totalement lessivé. Gors dodo, et de retour sur Berlin lundi, tout content.  Les oreilles remplis de confirmations/découvertes, surtout découvertes, et les gambettes un peu plus musclées, et la tête bien reposé avant de commencer le boulot.

Voilà donc pour les derniers developpement.
Jusqu'à la prochaine courbure.
Un abrazo muy fuerte.

 . Toma .

Partager cet article
Repost0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 18:54

30 jours plus tard...C'est tout ? Encore un fois, l'Etranger parasite pour mon plus grand bonheur ma notion du temps. A peine un mois depuis le dernier message, et une foulpitude de nouvelles choses à raconter. Jusque là tout va bien. Ja voll ! !




Et paf...un taf...

19 mai. Le choc. Je viens de signer mon contrat. J'ai un travail à horaire fixe, à lever fixe, à coucher moins flexible. Depuis la fin de mon contrat de qualif en octobre 2005, cela ne m'était pas arrivé. Et ton poste de réceptionniste à Paris me direz-vous ? Certes, mais avec ce travail demandait deux horaires de lever différents, 6h00 ou 11h30.

La voilà. Mon reveil est programmé à 7h07, du lundi au vendredi. Heureusement, j'ouvre les yeux vers 7h05, je n'ai donc pas à subir la sonnerie. Malgré tout ça fait bizarre. Surtout quand il faut aller vendre, par téléphone, du détergent industriel ultra concentré à des garagistes et autre PME du fin fond de la France, qui évidemment n'en n'ont rien à foutre vu qu'ils s'approvisionnent localement et qu'ils ont tout à fait raison. Ce que je leur dis d'ailleurs. Mon petit esprit contestaire m'empêche parfois de conclure/forcer des ventes. En effet, je n'ai mais alors absoluement aucune idée de l'efficacité du produit, et le joli minois de la manager n'est pas suffisant pour effacer une hiérachie rigide (à la limite de l'HP pour nous « latins », y'a aussi une Italienne), et cette bonne vieille pression pour vendre,  digne des pires dossiers de Capital.
Autant vous dire que mes bonnes vieilles bases rockandrollesquesoyonsdésinvoltesmortaucapitalisme ont resurgit. Ce qui est bien avec l'allemand, c'est cette possibilité de faire des mots attachés.

Cependant à ma grande surprise, je vends. Sauf la semaine dernière...nichts.
Or une semaine sans vente, et c'est la démission forcée apparente.
En Allemagne, la période d'essai, c'est 6 mois. Virable du jour au lendemain, par contre, demissionable en une semaine. Si un jour je retravaille en France, promis Camarades, je me syndique.
J'ai donc du passer 20 minutes vendredi dernier (alors qu'on finit à midi , que le soleil brille, que les terrasses se remplissent,..) à expliquer pourquoi.

Grosse satisfaction :d'une je suis revenu en troisième semaine. Bon, ça à la limite... Mais surtout, l'avoir fait en Allemand, en contre argumentant sur la spécificité du marché français, des problématiques des Rtt, d'autres élément que je ne pensais même pas pouvoir être des arguements.  Ce qui me fait penser que la manageuse, elle est pas là par hazard. Que son homme soit le directeur...
 


Bienvenus ! !

Le reste du temps...Il y a tout toujours les amis d'ici, et les autres.
Maître, aka Pierre-Alain, aka Pag (rock star en puissance, hésitez pas à aller le voir brûler les planches et le coeur d'innombrables groupiiiiiies) qui est venu passer un week-end, absoluement terrible, ponctué par deux concerts très bons dans THE endroit mythique du Rock and Roll a Berlin. Une toute petite salle, sous le métro, dans la partie un peu chic de la ville.
Puis la semaine dernière, RV, aka Hervé, pour un week end, qui pourrait se résumer par le mot le plus usité par l'entrepreneur bio durant ces 2 jours : Roots. Racine. Végétal. Nature quoi, normal.
Découverte de la ville, de ces cafés, ces parcs, ces ponts ou jouait un groupe de gospel/blues emmené par deux chanteuses aux voix vraiment jolies.
Quel plaisir également pour moi de partager avec eux cette ville, et la façon dont je la vis. Je vous attends du reste. Sauf le week end du 18-21 juillet, Melt festival oblige.

Le reste du temps, c'est aussi la poursuite de l'exploration de la ville, des fin d'après midi encore et toujours dans la parc, ou à apprendre un peu de français à ma coloc, à faire de la guitare, la sieste. Bref, à faire ce que j'aile. Profiter comme j'en envie de Berlin. Et cela ne devrait aller qu'en s'améliorant car Rv m'a rammener ma housse de guitare que je peux mettre sur le dos, mon hamac, et depuis 3 heures, j'ai mon...véloooooooooooo ! Il fait beau. Plein soleil, depuis un mois. Il faut d'ailleur que j'aille m'acheter un ou deux shorts, car il fait chouille chaud.


C'est bien la fête tout de même.

Evidemment toutes ces bonnes choses demandait une conclusion partielle, qui fut mémorable.

Après deux heures de foot, et une courte sieste je m'en vais retrouver Raphaëlle et Anaïs au Club Der Visionnär.
Qui vu du ciel est là  :
http://maps.google.com/maps?q=flutgraben+1+berlin&ie=UTF8&oe=utf-8&client=firefox-a&t=h&z=16&iwloc=addr

 Un des endroit les plus chouette que j'ai vu de la ville. En fait, y'a tout un complexe ua bord de l'eau, et cet endroit on peut se poser autour d'une table, par terre au bord de l'eau, allez dancer dans sur la miniscule piste de dance, de partout on entend de la très très bonne musique electro.
Carrément chouet' l'apéro. La suite fut proprement terrible.
Avant mon arrivée, les filles étaient allé à « La Terrasse », juste derrière le CDV. Lorsqu'on veut y retourner la porte est fermée, heureusement un type qui connaissait un type qui était là haut, l'a appelé et nous avons pu y retourner. Et la gros flash. Déjà, il faut traverser pendant 2 bonnes minutes un vieux bâtiment, tourner à gauche, monter un escalier, un autre, et puis la on débarque sur une toute petite terrasse surplombant la Spree, une vue terrible, dans une fête semie-privée. Au maximum une 40 de personne, encore une fois de la musique géniale, et en prime deux feux d'artifice. Dont un tout de même, pile poil entre deux immeuble. La classe.
Alors la terasse, vous retournez sur la carte, et vous voyez ce qui ressemble à une piste d'atterissage, au bout on distingue un petit carré, c'était là.

Alors que je bougeais mes petits pieds et mon splendide corps (et pourquoi pas hein) sur la musique, les copines ont fait connaissance avec des rocks stars australienne et un dj (le type du bas qui a appelé l'autre...vous suivez ? ). Et tout ce petit monde s'est rendu au funk park (http://www.funkpark-berlin.de/), un peu en dehors de Berlin. Heureusement qu'il ya avait le DJ, comme ça on a pas fait une heure de queue pour rentrer, dans cet endroit énorme, au bord de l'eau avec une scène dehors pour dancer les pieds dans le sable, et une piste intérieure. C'est d'ailleurs là que je suis pas mal resté (je preférais la musique). Quelle surprise quand me disant tiens, au fait, il se pase quoi dehors, de voir le jour pointer le bout de son nez des 4h30. Donc là, je suis resté dehors pour profiter pleinement du lever de jour, avant de me coucher quelques 4 heures plus tard. Le dimanche fut donc de tout repos ! !



Flash du matin


Un éclair de lucidité m'a traversé l'esprit ce matin, et ça fait du bien. En fait, Berlin est une ville géniale, totalement. Pour le taf en tant qu'étranger, c'est la mort. En trois mois rien d'intéressant. Un type dans une auberge m'a tout même dit, que mon niveau à l'écrit n'était pas assez bon pour travailler dans son établisssement. Putain, t'as une auberge de jeunesse pas un palace, faudrait voir à pas trop déconner tout de même. Je te parle sans problème au téléphone en allemand, et parce que mon mail avait peut-être une ou deux fautes (c'était 10 lignes, simples que je lui ai écrites), c'est pas jouable.
 Euh, oui, là non....ça passe pas, ça passe plus. Bref après plus de 50 candidatures, trois mois de recherche, je lâche l'affaire, tout comme je vais lâcher le télémarketing, parce que pour tuer mon cerveau il y a rien de tel.
Ce matin, reveil en toute lucidité. Je vais profiter des prochains mois pour continuer à travailler mon allemand, faire les expos que j'ai pas eu le temps de faire, et à l'heure actuelle, j'envisage que mon retour pour le mariage de Cilcé et Alex sera en fait mon départ berlinois, avant un posage espagnol à Barcelone. En rentrant tout à l'heure, j'ai donc un peu parcouru les forums, pour ne pas trop m'emballer. Pour peu qu'on parle le castillan, y'a du travail, un peu partout. Donc au jour d'aujourd'hui, l'avenir se présente comme ça. Quoiqu'évidemment, comme je ne cherche plus vraiment de travail intéressant, il va peut-être arriver.

Enfin, je m'excuse encore qu'il n'ya pas beaucoup de photos, mais ça va venir. Promis ! ! !
Voici une vidéo de l'appart faite pas RV lors de sa venue :
http://fr.youtube.com/watch?v=CwzKnSAoxsY

et des fotos de nous :
http://community.webshots.com/album/563699896zjSDwe


Un bisous muy grande à vous tous.

Toma.
Partager cet article
Repost0
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 16:55

Cher tous. Arpès presque deux mois à Berlin, le tourbillon commence à se calmer. Aujourd'hui lundi ferié, j'en profite donc pour  refaire vivre le tomapmondeblog. Enfin ! Je sais, mais écrire au coeur de violents courants d'air n'est pas chose aisée. Voyager certes, vivre à l'étranger surtout : Berlin est donc un nouveau souffle dans la manière de faire. S'installer dans un nouvel endroit j'avais fait, ne pas y être en touriste inclut de nouveaux challenges. D'autant que l'allemand ne se maîtrise pas facilement, malgrés d'innombrables années d'études.


    La ville

Les premiers jours je logeais chez David, dans le quartier de Friedischain. Quartier animé et jeune de Berlin proche d'autre parties de la capitale  très remuantes. Ce fut une première semaine digne d'une arrivée dans une ville ou vivent d'anciens amis ! La pluie, les tempêtes de neiges, le sale temps obligèrent à se réfugier dans de nombreux café, bars. Ce qui confirma ce que j'avais apperçu au mois d'Août : Berlin vibre fort.

J'occupais mes journées à rechercher un apart' on line et à me ballader pour voir quels quartiers cibler en vrai.

J'ai trouvé une chambre dans le quartier de Neuköln, à la frontière de Kreuzberg. Soit à Kreuzköln.  Yo. Cette idée de créer de sous quartiers, dans les quartiers en fonction des tendances, du mouvement me plait et me rappelle Buenos Aires.

Du reste, les rues pavées, bordées d'arbres, les nombreux parcs, les dimensions de la ville sont autant de similitudes avec La Capital Federal.

Tout ça désormais agrémenté d'un beau soleil, et la vie investit le dehors. Depuis un mois, il n'y a pas un week end sans événement, et j'ai bien du faire la fête dans tous les parcs à proximité de l'appart, histoire de bien maîtriser mon environnement.


Mon quatier

Localisation  : cliquer

Donc sur la gauche, y'a un grand parc. A 5 minutes à pied, le canal. Tout commerce. Ensolleilement l'après midi. La chambre fait pas loin de 25 m2. Ce qui coûte, toutes charges comprises (Internet aussi) 250 euros pas mois.

Au passage, les bas loyers permettent également une vie quotidienne moins chère : un p 'tit resto c'est 7-8 euros, (à emporter sans boisson, on mange pour 5 euros max), la pinte de bière entre 1,50 et 3 euros. Bref, il faut peu pour vivre ici. Donc pas mals de punks, vagabonds et autres hallucinés dans les rues. Un petit côté destroy, qui évidemment me deplaît fortement !

Neuköln est considéré comme le quatier chaud de Berlin qui commence à changer  C'est en fait le « goutte d'or, Bellville » de Berlin.  Kreuzberg, UN des quartiers de Berlin (on ne peut pas dire LE ici) ou ça bouge beaucoup depuis de nombreuses année est juste à côté. Son influence se fait donc sentir dans le coin d'Hermanplatz. C'est donc un quartier alternatif au point que certains soirs des pas de porte sont des bars, d'autre non. Par contre, difficile de savoir le calendrier.


Mon Berlin

Je partage l'appart' avec Maxi, 23 ans, une allemande,  vraie blondeauxyeuxbleux. Très sympa, un chouille bordélique. Bref bien.

Entre anciens amis et nouvelles connaissances, mon  niveau d'allemand progresse maitenant rapidemment et devrait enfin permettre de trouver du boulot. L'allemand, précis et autorisant l'empilement des idées pour former un mot, demande un bon vocabulaire de base.

Ajoutez à cela une grammaire différente, et ba, ça demande du temps. Je dois admettre que j'oublie parfois ce que je veux dire. Dans beaucoup de cas, place le verbe se à la fin. Du reste a le verbe presque toujours une différente place que en Français. Donc dois tu jusqu'à la fin écouter pour la personne comprendre.

Hum...alors avec leur savoureuse eau pétillante au malt,  cela s'avère parfois compliqué.

Bref, vous conviendrez qu'il est plus simple de travailler quant on ne comprend ce que les personnes disent. Or dans une ville ou le taux de chômage est très fort, ne pas comprendre la langue officielle est évidemment rédibitoire. De plus, une grande partie de la  jeunesse allemande maîtrise très bien l'anglais, et fréquemment le français et l'espagnol.

Donc la dessus, je n'ai aucun avantage. Concernant les hôtels...dans les auberges, les amis du patron travail. Il y a ensuite les hotels familliaux...pas encore prêt à me marier. Et les grandes chaines 5* demandent 15 ans d'expérience.

Bon, je ne lâche pas l'affaire. J'ai peut être une chance dans une boite pour faire du télémarketing..gaaaa...m'enfin, 8-15 du lundi au jeudi, et 8-12 le vendredi, fixe à 800 brut + primes...ce serait parfait pour profiter à fond de la ville et repartir avec un allemand en béton. Le télémarketing serait en français, et tout les temps libre me permettra de taffer mon deutsch...et ainsi  lire Goeth dans le texte, en ancien allemand, of course !

Pour bien me remettre dans le bain, j'ai pris un mois de cours. D'une énorme utilité grammaticale, mais pas tant sur le plan de l'expression orale. Ca je le travaille avec les amis. J'ai notamment rencontré à l'école Fabio. La trentaine, étudiant de philo, de ...Buenos Aires, vivant depuis 4 ans à  Berlin et parlant parfaitement l'allemand. Ouai. Ca me permet également de garder mon espagnol et contact avec l'Amérique du Sud. Et les Colombiens, Argentins, jouent bien au foot ! ! !

Les communautés Internet permettent également de rencontrer des Berlinois. Chose pas forcément aisée  : je n'ai jamais vu une ville aussi cosmopolite. Facteur compliquant également l'apprentissage de la langue. Mais désormais, je fais croire que je ne parle que français...

Enfin, ce week end, j'ai fait un stage commendo, puisqu'André et Nina sont venus à Berlin. André m'avait hebergé les premiers temps à...Buenos Aires, et nous avions ensuite fait la fête ensemble pendant trois mois. Ils viennent de Frankfort. Nous avons passé, avec toutes leur Frankfort Connexion, le week end ensemble.Là soulagement tout de même, y'a du progrès dans la maîtrise du deutsch. Et leurs amis berlinois sont carrément sympas, donc plein de personnes avec qui parler !

Ce week end c'était le carnaval des cultures : les après midi à faire carnaval, la sieste sous les arbres ou les pieds dans le sable (la mode pur la bars à Berlin c'est de faire venir des tonnes de sables, mettre palmier, des transat, des filets de volet) et les nuits à danser dehors ! ! Génial.

La semaine d'avant, y'avait fête sans raison, et le premier mai, Kreuzberg était bouclé : concert toute la journée, partout. Enorme. J'ai en vain attendu les émeutes...'sont juste cramés une poubelle.

Voilà voilà...je pense que ce message récapitule bien les débuts.

Un abrazo grande a todo.

El tomallemand.

Ps : et Anna alors? Ba rien. Arf...Fallait tenter. 1 de perdue, 10 de retrouvées nan. Youhou, z'êtes ou ? ?

Partager cet article
Repost0
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 23:44
.... Ca bougera à nouveau ....

   
                 ... BERLIN 2008 ...



                            ... Pour l'occasion, un blog  pas tout nouveau, mais un peu plus  beau...


                            ... Pour le Chili, Argentine, Canada et Mexique, désormais un sommaire

en II: segami :II

                                        Bis bald _________________ Toma



                                       
Partager cet article
Repost0